Osons une ville attractive

Fière de son passé industriel, notre ville ne peut pas se contenter de sa situation actuelle. Des projets innovants et audacieux doivent être initiés pour lui donner un nouveau souffle. La Tour de l’Europe doit être le symbole de cette nécessaire mutation. Sa rénovation doit faire l’objet d’un projet global d’envergure. Une étude globale cofinancée par l’Etat et la Ville et que nous avions déjà proposée doit déboucher sur un projet riche d’image et de symboles. Si la municipalité actuelle n’avait pas fait preuve de maladresse au point que la Ville de Mulhouse soit probablement victime d’une escroquerie, il aurait été possible de le proposer sans attendre.
Le Festival de l’Automobile, qui valorise l’atout exceptionnel du Musée National de l’Automobile et la présence d’une industrie automobile tournée vers l’avenir dans l’agglomération mulhousienne, sera redynamisé. La création d’un nouveau Festival du Film transfrontalier, préfigurant le développement d’un pôle culturel et économique basé sur le cinéma, renforcera l’attractivité de Mulhouse en partenariat avec m2A. .

 

 

Pour afficher l’ambition de Mulhouse en prolongement de son riche passé, nous proposons de valoriser la « Maison du Patrimoine » au coeur du centre historique de la Ville.

 

Le taux d’endettement à Mulhouse est élevé, sa fiscalité pénalisante. Nous agirons pour :
• modérer la fiscalité à Mulhouse et au sein de l’agglomération (taxation des entreprises telle que la CFE, taxe foncière, prix de l’eau, coût de l’assainissement et des ordures ménagères) ;
• comprimer les dépenses qui ne servent pas directement aux habitants, aux associations, aux forces vives (dépenses de communication, de représentation, voitures de fonction …).
Le financement par l’emprunt devra être ciblé sur les investissements à but économique, sur l’habitat et son environnement, avec étude préalable de l’impact sur le développement durable de la cité et calcul d’un taux de retour.

 

Plus grand marché de l’Est de la France, il attire non seulement de nombreux Mulhousiens qui apprécient son offre variée et sa convivialité mais aussi une clientèle suisse et allemande.
Nous en améliorerons les accès et les possibilités de stationnement en traitant les friches disponibles, en veillant à renforcer son aspect naturel et en favorisant les transports doux. Nous mettrons à l’étude son développement et la couverture du marché aux fruits et légumes.
Nous lancerons le projet « L’Art au Marché » en valorisant une friche située à proximité pour en faire un espace d’expositions et de rencontres.

 

L’Université de Haute Alsace (UHA), et l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Mulhouse, sont issues de la volonté des édiles et des industriels de la ville de Mulhouse aux 19ème et 20ème siècles. Comme l’ont fait ses prédécesseurs, le nouveau Maire de Mulhouse sera le soutien indéfectible de l’Université et de ses Ecoles, dans toutes les instances représentatives.
La Ville facilitera la promotion de l’Université auprès des entreprises du territoire.
Le dispositif d’accueil des étudiants sera renforcé pour être à leur écoute, notamment dans les aspects transports, logement, accueil.

 

L’histoire et la situation géographique de Mulhouse et de son agglomération en font une métropole d’équilibre régional en Alsace. Pour jouer plus efficacement son rôle, elle doit mieux développer le bilinguisme et l’apprentissage des langues pour tisser des liens plus étroits avec nos voisins suisses et allemands. La création de richesses et d’emplois pour une ville fragile mais jeune sont des objectifs atteignables. Pour y parvenir, la communication avec nos voisins germanophones sera favorisée par le développement de l’apprentissage des langues en débutant par le bilinguisme français-allemand dès la maternelle pour nos enfants. Des séjours d’immersion linguistique avec des classes des villes allemandes voisines seront encouragés. Pour permettre aux jeunes Mulhousiennes et Mulhousiens de décrocher plus facilement des emplois, nous élèverons le niveau quantitatif et qualitatif de l’alsacien et de l’allemand, associés au français dès l’entrée en maternelle, puis à une troisième langue dès l’école primaire, dont la langue familiale pour les enfants de familles d’origine étrangère.
Le français étant notre langue commune.
Plutôt que d’encourager le développement d’une école “expérimentale” consacrée à l’anglais, nous proposons de faire passer Mulhouse du statut de Ville aux 139 nationalités à celui de “Ville des langues” tournée vers l’ouverture et l’échange. Pour cela, il faut établir avec l’Education Nationale et les collectivités régionale et départementale un nouveau partenariat tenant compte du potentiel que représente la sociologie mulhousienne.

Nous soutenons la création du nouveau lycée internationnal qui pourrait commencer rapidement avec la mise en place d'une section internationale dans l'un de nos lycées mulhousiens.

Nous créerons un Institut des 100 langues dans notre ville pour faire de notre diversité linguistique un atout.